Voigtländer Vito CLR

La découverte

Mon introduction au monde de la photo argentique se réalisa par l’expérience de l’appareil Vito CLR du plus ancien constructeur de caméras, l’Allemand : Voigtlander.(Ici, ce modèle d'appareil fut produit entre 1963 et 1968.)
La première chose qui m'attira dans cet outil , c'est son look vintage ! Mais la surprise résidait dans son poids. Lourd en main, avec des composants en grande partie faits de métal, le Vito CLR tend à donner une image d’une caméra robuste et de qualité.

 

Full mécanique

Le Vito CLR fonctionne intégralement en mécanique, plus besoin de penser à des piles ou batteries de rechange. C’est l’un des points qui me séduit le plus avec cet appareil ! Ce modèle détient l’option flash et trépied (attention tout de même à vérifier les compatibilités.

> L’exposition

 

Pour contrôler l’exposition, il suffit de regarder le vu-mètre sur le dessus de l’appareil. Lorsque la petite flèche rouge se superpose sur la barre à droite, cela veut dire que l’exposition est correcte.

Il faut néanmoins faire attention lors de la mesure à ne pas mettre son doigt devant le capteur de lumière.

 

> Le Focus

Ce dernier se fait par juxtaposition d'images. Par le viseur, vous apercevrez une duplication de l’image de couleur orange (comme un double orangé de l’image captée) et il suffit de régler de sorte à ce que l’image orange se superpose parfaitement avec l’image d’origine. C’est assez simple, dans de courte occasion, l’image miroitée orange peut être difficile à percevoir mais cela indique souvent que la lumière est insuffisante pour prendre la photo. 

 

Une fois ces deux réglages fait, il suffit d’appuyer sur le déclencheur à l’avant de l’appareil et votre photo est prise !

 

La pellicule

Le Vito CLR est un appareil prenant des pellicules de 35mm. Full mécanique, le rembobinage se fait à la main ! 

Pour ce faire, il faut glisser sur la gauche le petit loquet au dos de l’appareil. Cette action va permettre d’élever la molette de rembobinage du dessus de ce dernier. Ensuite, tourner dans le sens indiqué par la petite flèche du dessus, et ce, jusqu’au moment où il est impossible de tourner plus. 

Une fois ces manipulations faites, il est possible d’ouvrir le boîtier en appuyant simultanément sur les deux loquets latéraux (en métal) de l’appareil. Et le tour est joué !

L'objectif

Le Vito CLR est un appareil à objectif fixe. C’est le seul petit bémol qui me chiffonne, mais ce n’est point dramatique maintenant que j’ai pu compléter ma collection d’appareils. Etant donné que vous n’aurez pas le choix quant à quel objectif utiliser, parlons un peu de ce dernier.

 

L’ouverture maximale est de 2.8 sur 50mm. Ce qui ne donne pas énormément de bokeh. En revanche, la netteté est très bonne surtout quand il est réglé sur la plus grande ouverture, et ce même sur les bord de l’image. 

 

Par contre pour du portrait, il faudra être très précis pour obtenir des résultats bien net, notamment dû au réglage du télémètre, un peu laborieux causé par la dérive de distance. Une gêne souvent rencontrée sur ce genre d’anciennes caméras.

Pour finir je dirais de manière complètement non objective que cet appareil est très attachant. Ce fut mon tout premier, coup de coeur dans une brocante sur les côtes de la Méditerranée. Depuis, une passion pour la photo argentique est née en moi ! Acheté 30 euros je n’ai jamais regretté.

Par Milly A.

Voigtländer Vito CLR

Kodak400_VoigtlanderVitoCLR_Ceuillir.JPG
Kodak400_VoigtlanderVitoCLR_EmmaEnTouris
Kodak400_VoigtlanderVitoCLR_Perpignan.JP